Breaking News

Ungersheim, un village laboratoire d’idées


Ungersheim est un petit village du Haut-Rhin un petit peu différent des autres.


Tout d’abord, à la sortie de l’école, pas de minibus qui attend les enfants mais Sébastien, l’employé municipal et son cheval de trait tirant une carriole qui ramènera les enfants chez eux. Toute une aventure pour ces petits écoliers !


Ne plus dépendre du pétrole est l'objectif d'Ungersheim, village en transition. Et pour atteindre cet objectif la municipalité favorise les énergies renouvelables, les circuits courts et le lien social. 

Un village en transition, c’est ainsi que ce définit Ungersheim. La transition s'élabore à travers une feuille de route consistant à préparer les citoyens à la raréfaction des ressources fossiles essentiellement le pétrole dont les coûts vont impacter considérablement les budgets, mais aussi à s'adapter par anticipation aux dérèglements climatiques en créant des modes de vie plus reliés et plus enrichissants.

Ce processus a été développé en 2005 par les étudiants du cours de soutenabilité appliquée de l'université de Kinsale (Irlande) sous la direction de Rob Hopkins (né en 1968 à Londres) formateur et enseignant en permaculture. La première mise en application a été initiée en 2006 dans la ville de Totnes au Royaume-Uni. Depuis, le mouvement est devenu international et compte plus de 460 initiatives officielles.


A Ungersheim tout a commencé avec quelques panneaux solaires. Quinze ans plus tard, au pied de l'ancien terril, la commune a racheté les friches des mines de potasse et y a installé 40 000 mètres carrés de capteurs solaires en partenariat avec un investisseur privé. Ainsi, dans ce village de 2200 habitants, grâce aux énergies renouvelables, beaucoup de bâtiments sont autonomes en énergie. C’est le cas de la cuisine collective bio qui confectionne 600 repas par jour.


Car Ungersheim offre à ses écoliers des repas bio en mettant en pratique l’autosuffisance alimentaire. La moitié des fruits et légumes mangés à la cantine sont cultivés dans le village, dans la ferme des trèfles rouges, exploitation maraîchère de 8 hectares qui emploie actuellement une trentaine de personnes en chantier d’insertion et qui produit 300 paniers hebdomadaire vendus aux habitants et approvisionne la restauration scolaire citée précédemment.


Mais ce n’est pas tout, par la création d’une filière agro-alimentaire dénommée de « la graine à l’assiette » la commune projette de tendre vers la souveraineté alimentaire.


A Ungersheim rien ne se perd puisque le surplus de production ou les légumes abimés sont utilisés dans la conserverie où six villageois retraités bénévoles confectionnent entre 600 et 1 000 bocaux par semaine. Un moment de partage pour les habitants du village car créer du lien entre les villageois est aussi le but de toutes ces initiatives.


Et c’est ce que l’on retrouve dans l’Eco-hameau où, d’ici quelques mois, 9 familles s’installeront dans ces logements tout en bois et entièrement passif.


Chaque année le village attire de nouveaux habitants séduits par la façon de vivre et les projets en cours. La municipalité les associe à bon nombre de projets et réoriente le budget vers de nouvelles priorités. Ungersheim est un laboratoire d’idées où les impôts locaux n’ont pas augmenté depuis 10 ans !

Aucun commentaire