Breaking News

Le constat amiable bientôt sur smartphone

S’il est un papier indispensable à avoir toujours dans sa boîte à gant, c’est bien le constat amiable en cas d’accident ou d’accrochage.




Et voici que celui-ci pourrait disparaitre de l’habitacle de nos automobiles. En effet le Groupement des entreprises mutuelles d’assurances (Gema) et la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) travaillent ensemble à un nouveau dispositif, qui sera totalement gratuit pour les assurés, le e-constat amiable directement accessible via une application iPhone et Android. « Nous avons voulu que cette application soit la plus simple possible.

L’assuré sera guidé à chaque étape du processus », indique Bernard Spitz, le président de la FFSA. « Il devrait également être possible de renseigner à l’avance son numéro d’assuré, son numéro d’immatriculation, etc. Cela réduira la possibilité d’erreurs de saisie », ajoute-t-il. Concrètement cela se passera ainsi : les automobilistes auront à renseigner leur numéro d’assuré, leur plaque d’immatriculation, et éventuellement à joindre des photos et des croquis.

L’e-constat final ressemblera visuellement au formulaire papier actuel et pourront le signer du bout du doigt. Procédure simplifiée cet e-constat aura la même valeur que le formulaire papier. « Ce sera un vrai saut qualitatif dans la gestion des sinistres et la qualité du service. On nous reproche souvent les délais entre chaque opération. 

Là, on pourra déclencher plus vite l’expertise ou la prise en charge du véhicule par un garage. Cela devrait donc permettre un remboursement plus rapide », explique aux « Echos » Gérard Andreck, le président du Gema et de la Macif. Pourtant ce dispositif n’est pas une première en Europe puisque les Pays-Bas l’ont adopté en 2011 et ce fut un échec partiel puisqu’il n’est utilisé que dans 5 % des cas.

Pour faciliter son utilisation, le dispositif sera rendu totalement gratuit : l’application ne coûtera rien sur les magasins d’applications en ligne, et les SMS de confirmation seront payés par les assureurs. 

En revanche, ce constat sera strictement limité aux accidents matériels entre deux véhicules immatriculés survenus dans l’Hexagone et dans les départements d’outre-mer, entre deux véhicules immatriculés et assurés en France.

Aucun commentaire