Breaking News

Le crédit immobilier


Le crédit immobilier est un prêt accordé par un organisme financier ou par une banque, servant à financer des investissements dans l’immobilier. Il peut s’agir d’un achat de logement, d’une rénovation ou d’une construction. 

Tous types d’immobiliers sont concernés, aussi bien les logements de résidence individuelle, les immeubles avec copropriété, que les logements d’entreprise.

Un crédit immobilier pour un logement approprié


Le crédit immobilier a des constantes sur lesquelles sont basés les principes du prêt quel qu’en soit le type. Généralement, le montant du prêt représente 70% à 90% du coût total des investissements. Les 10% à 30% correspondent donc à l’apport personnel du client. Le montant global des investissements, qui inclut le coût du bien immobilier, le coût de la garantie et les frais du notaire, définissent le taux nominal à partir duquel est déterminé le « Taux Effectif Global » ou le TEG. Ce TEG est l’indice utilisé par l’organisme de crédit pour définir le coût du prêt dans sa totalité.

Il va de soi qu’une garantie de prêt est déterminée dans les termes du contrat entre l’organisme financier et l’emprunteur. Il existe toutefois des exceptions où le montant global de l’acquisition est financé par la banque.

Par ailleurs, la demande d’emprunt s’accompagne de frais de dossier et doit comporter une assurance décès invalidité. La durée des échéances est en partie déterminée par le coût du prêt et son taux. Le crédit immobilier est obligatoirement un crédit à long terme et sa durée est proportionnelle aux mensualités à payer. Ces dernières sont, dans la majorité des cas, constantes sauf pour quelques cas particuliers.

Outre le prêt auprès d’une banque ou d’un organisme financier, l’acquisition d’un bien immobilier peut être facilitée par d’autres formules de prêts complémentaires. Ces derniers sont insérés dans les dossiers de demande de crédit immobilier. Selon les cas, le prêt complémentaire peut être un leasing immobilier, un prêt épargne logement, un prêt locatif social, un prêt conventionné, un prêt à l’accession sociale, un prêt employeur, un prêt relais, un prêt aux jeunes cadres, un prêt aux personnes âgées ou un prêt aux futurs retraités.

Les divers paramètres du crédit immobilier


Comme tous crédits, le crédit immobilier est soumis à la règle de proportionnalité entre le montant du prêt, le taux de crédit, la durée des échéances et la valeur des mensualités. Si le taux fixe est la formule la plus courante dans le mode de remboursement, le taux révisable a aussi ses avantages. Dans le premier cas, le taux reste constant jusqu’à la fin des échéances.

Toutefois, selon l’organisme financier, il peut être modulable sur les mensualités, modifiant ainsi la durée du crédit. Pour le taux révisable, qui suit les fluctuations du marché financier, les variations portent uniquement sur un seul paramètre : la durée des échéances ou les mensualités et non sur les deux à la fois. 

Ce taux variable est quand même protégé par des balises. Ainsi, il peut être modulable comme le taux fixe, sinon sécurisé en gardant les mensualités constantes mais en allongeant la durée du crédit. Éventuellement, on peut choisir la formule du taux révisable plafonné qui garantit de certaines inquiétudes.

En règle générale, plus le taux est élevé, plus les mensualités sont également élevées et moins les échéances sont longues. A savoir que les crédits à très longue durée sont toujours très risqués à cause d’un taux d’intérêt très élevé, ce qui est tout à fait légitime pour l’établissement financier. 

Ainsi, la formule du taux révisable est le plus souvent adoptée dans les cas des crédits à très long cours. L’emprunteur peut aussi choisir le taux mixte qui alterne les deux formules. Pour ceux qui disposent d’un logement mis en vente pour l’acquisition d’un nouveau, il leur est possible de contracter un prêt-relais.

Comme le crédit immobilier classique, ce type de prêt peut être associé à un prêt complémentaire dont les mensualités et la durée du crédit sont indépendantes des modalités de remboursement du prêt-relais. Ce dernier est donc à court terme et est accordé pour 12 mois. Si l’emprunteur ne trouve pas d’acquéreur pour son logement au bout de ce délai, il peut renouveler son contrat de prêt-relais pour les 12 mois suivants.

Aucun commentaire