Breaking News

Quelle aide pour les familles des malades d’Alzheimer ?


En France, on estime à près de 850 000 personnes touchées par la maladie d’Alzheimer et 1.3 million en 2020 selon les prévisions.


Il n’existe que 1 131 structures d’accueil de jour pour les recevoir.
Sachant que le nombre de malades est en constante augmentation ces structures d’accueil sont largement insuffisantes. Plus de 85 % des personnes souffrant de cette pathologie restent chez elles ou chez un membre de la famille et ne bénéficient pas tous d’une aide à domicile car l’attribution de l’Apa (aide personnalisée à l’autonomie) qui permet de financer des auxiliaires de vie n’est étudiée qu’au cas par cas par le conseil général.

Mais on oublie trop souvent le rôle de la famille qui doit le plus souvent vivre avec leurs malades, on estime que cela concerne 530 000 personnes !!!!
Face à un malade qui perd progressivement ses repères, la famille ou l’accompagnant ne sait pas toujours comment réagir.

Plus d’un tiers des proches de malades consomment des somnifères ou des tranquillisants et beaucoup développent une dépression tant ce rôle est épuisant et l’accompagnement des familles faibles !!!

Depuis 2008, dans le cadre du lancement du Plan Alzheimer, la priorité est donnée à l’information et la formation des proches. Parmi ces propositions une formation de 14h, mais ces formations se font pour l’heure de façon informelle dans une centaine d’endroits en France !!!

Une aide psychologique sous forme de groupes de parole ou de programmes d’aide dans les associations spécialisées reste primordiale pour faire face au quotidien, pour évoquer ses difficultés dans la vie de tous les jours et pour se faire aider à mieux communiquer avec la personne malade. Des formules de vacances « malades et aidants » ont vu le jour et se propage un peu partout pour faciliter le quotidien de toutes ces familles.

Il ne faut pas hésiter non plus à faire appel aux hôpitaux de jour remboursés par la Sécurité Sociale qui permettent d'accueillir, une à deux journées par semaine, un patient vivant à domicile. Ils lui proposent des activités et des soins adaptés à ses difficultés, dans un but de réadaptation et de maintien de son autonomie actuelle. Cette formule permet aussi de libérer l'aidant pour qu'il s'occupe de lui.

Mais à quand un « statut social » pour la personne aidant ??? Il n’est pas impossible d’imaginer que le temps passé auprès d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer soit pris en compte au même titre qu’une activité professionnelle et d’accumuler ainsi des points de retraite, quand on sait le nombre d’accompagnants qui « lâchent » leur emploi pour s’occuper à plein temps d’un malade !!!!

Quelques adresses et numéros utiles :

- Allo Alzheimer pour le soutien et l’information des proches :
0 811 740 700 (7 jours sur 7, de 20h à 22h)

- L’association France Alzheimer présente dans tous les départements :
0 811 112 112
www.francealzheimer.org.

Aucun commentaire